Extension ligne E au sud des Grands Boulevards - avis de l’ADTC

L’ADTC est évidemment très favorable à la réalisation de la ligne de tram E, mais exprime des réserves sérieuses quant à la pertinence d’un prolongement limité au sud des Grands Boulevards, par rapport à d’autres améliorations ou extensions possibles du réseau de tram. L’ADTC est inquiète du risque de perte d’usagers venant des communes au sud de Grenoble si les lignes 1 et 17 sont coupées au lieu d’être restructurées pour continuer à relier Pont de Claix au centre-ville.


Le SMTC a fait le choix dans son schéma structurant de prolonger vers le sud de l’agglomération la nouvelle ligne E Le Fontanil-Grenoble.

Ce prolongement est destiné à remplacer la ligne 1 qui est une ligne structurante du réseau et qui est très attractive du fait de sa bonne vitesse commerciale et qu’elle offre une liaison directe avec le centre ville.

Dans la première phase dont la mise en service est prévue en 2014, Le SMTC avait prévu d’arrêter cette ligne à Grenoble-Foch pour qu’elle soit en correspondance avec la ligne C. Du fait d’une réduction des dépenses prévues sur cette première phase, le SMTC envisage de commencer l’extension vers le Sud.

Le SMTC lance donc en mars 2010 une concertation portant sur un prolongement réduit vers le Sud avec un terminus situé au niveau du stade Lesdiguières, en réalisant le terminus des lignes 1 et 17 à cet endroit.

- L’ADTC est d’accord pour qu’à terme, la ligne 1 soit remplacée par une ligne de tramway. Nous rappelons néanmoins que la priorisation entre les différentes réalisations de lignes de tramway (ligne E vers le Sud, prolongements lignes A et D, ligne Grenoble-Meylan…) devrait être basé sur l’apport d’une nouvelle clientèle au réseau de Transports en Commun qu’apporteraient ces différents projets.

- L’ADTC s’oppose à ce que les lignes de bus 1 et 17 soient arrêtées au niveau du terminus de la ligne E, tant que cette ligne de tramway ne sera pas prolongée jusqu’à Pont-de-Claix.

Que la ligne E s’arrête au niveau des grands boulevards ou qu’elle soit prolongée jusqu’au stade Lesdiguières, arrêter les lignes 1 et 17 au niveau du terminus du tramway reviendrait à casser un axe structurant du réseau existant.

Or, c’est un principe même d’un réseau de TC de disposer d’axes structurants (TER, tram, bus) reliant le cœur de l’agglomération aux principaux pôles d’habitation et d’emploi de la région grenobloise.

La ligne 1 reliant le centre-ville de Grenoble avec les communes d’Echirolles, Le-Pont-de-Claix et Varces constitue un des principaux axes structurants du réseau actuel. Les investissements réalisés depuis une dizaine d’années sur cet axe (couloirs bus, priorité aux feux) ont permis de doubler la fréquentation.

Ne plus amener les lignes 1 et 17 au centre-ville de Grenoble aurait comme conséquence d’obliger les usagers à une correspondance supplémentaire par rapport à ce qu’ils pratiquent aujourd’hui, voire deux pour ceux allant au cœur du centre-ville (maison du tourisme…).

Or, une correspondance est mal vécue par les usagers, du fait du changement de véhicule, du temps d’attente… Aux heures de pointe, elle est tolérable entre deux lignes à forte fréquence, le temps d’attente étant faible. Mais aux heures creuses, ces correspondances deviennent vite insupportables pour les usagers.
Il n’est pas inutile de rappeler les expériences menées sur deux lignes de bus qui ont été rabattues vers le tramway : la 9 arrêtée à La Tronche-Grand Sablon en 1990 et la 21 à Verdun en 2006. Dans les deux cas, on a constaté que ces lignes qui allaient auparavant en centre-ville, ont subi une baisse massive de leur fréquentation (- 80% pour la 9, - 50% pour la 21).

Pour l’ADTC remettre en cause le terminus des lignes 1 et 17 au centre-ville de Grenoble ne sera possible que lorsque la ligne E de tramway ira au Pont-de-Claix. Par contre, dès le début de la phase chantier sur le cours Jean-Jaurès, il sera nécessaire de trouver un nouvel itinéraire des lignes 1 et 17 pour leur permettre de rejoindre le centre-ville.

- L’ADTC s’oppose au projet actuellement soumis à concertation d’une extension vers le Sud limité à Lesdiguières.

En effet, ce prolongement réduit n’apporterait pas d’amélioration significative sur l’offre de transport dans ce secteur, les usagers entre les Grands Boulevards et Lesdiguières passant d’une ligne de bus performante directe vers le centre-ville à une offre tramway avec correspondance !

Notons également que le terminus au stade Lesdiguières ne donnerait même pas correspondance pour les usagers du tramway avec les lignes 23 et 32 à Albert Reynier.

- L’ADTC demande donc au SMTC de ne pas limiter le prolongement vers le Sud.
Ce prolongement vers le Sud ne peut se réaliser qu’en une seule étape jusqu’au Pont-de-Claix, permettant une réorganisation de l’ensemble des lignes de ce secteur (lignes 1, 11, 13, 16, 17, 23, 26, 32).

17 mars 2010 / 24 mars 2010

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0