Grève de la SémiTAG : les usagers lourdement pénalisés par une grève qui s’éternise

Pour le septième vendredi consécutif, la quasi totalité du réseau TAG ne fonctionnera pas ce vendredi 11 juin 2010.


Les usagers sont fortement pénalisés par cette grève pour leurs déplacements contraints. De nombreux salariés doivent prendre un jour de congés ou de RTT ; des étudiants, souvent captifs des transports en commun, doivent se débrouiller pour être à l’heure en cours et à cette période, pour leurs examens. Pour les commerçants du centre-ville, cette grève fragilise leur situation
financière.

L’ADTC souhaite que les abonnés de la TAG bénéficient d’une compensation financière correspondant aux jours de grève.

L’ADTC est inquiète de voir la situation s’enliser :

- La participation massive des conducteurs traduit une préoccupation profonde des salariés de la SémiTAG. Les revendications salariales ne sont certainement pas la seule cause de cette grève, mais les syndicats n’informent pas suffisamment les usagers sur la nature de leurs préoccupations.

- La direction et les élus contribuent à ce climat d’inquiétude en se focalisant, parmi les nécessaires mesures d’optimisation de la desserte à budget contenu, sur celles qui réduisent quantitativement l’offre, alors que d’autres mesures permettraient d’améliorer le service à coût constant.

L’ADTC souhaite que les élus fassent des choix plus volontaristes en faveur du développement des transports en commun urbains et périurbains, pour résoudre le problème des bouchons aux entrées de l’agglomération.

L’ADTC demande donc que de véritables négociations s’engagent rapidement entre la direction et les syndicats, en abordant l’ensemble des préoccupations, et au besoin en désignant un médiateur pour accélérer la résolution de ce conflit.

10 juin 2010 / 19 juillet 2010

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0