Les tire-bouchons de l’ADTC pour le bouchon de la CCI

Pour répondre aux préoccupations exprimées par la CCI, qui a dévoilé jeudi 14 juin "le plus grand bouchon du monde", l’ADTC a envoyé vendredi 15 juin à chaque signataire de l’appel "Stop bouchons" un tire-bouchon dédicacé, et des propositions constructives.


Bouchon… et tire-bouchons.

Lettre ouverte aux promoteurs de l’opération « Stop bouchons »

Nous avons pris connaissance des différents messages que la CCI diffuse à travers les médias, dans le cadre de l’opération « Stop bouchons », au sujet des déplacements dans la région grenobloise. Dans les tracts ou communiqués de presse récents à ce sujet, vous mettez l’accent sur les déplacements en voiture et les projets d’aménagements routiers.

Notre association est elle aussi consciente, depuis longtemps, des problèmes de congestion dans la région urbaine grenobloise, en particulier aux heures de pointe, tous modes confondus (axes routiers mais aussi TER, cars Express, réseau urbain TAG). Nous partageons votre préoccupation quant aux difficultés que cela peut induire pour les salariés et pour l’activité des entreprises de la région urbaine grenobloise.

Mais nous regrettons que vous ne vous fassiez pas avec la même vigueur l’écho des difficultés que rencontrent ceux qui, de plus en plus nombreux, viennent au travail autrement qu’en voiture. Les pendulaires se plaignent régulièrement de retards ou de suppressions de train, d’autocars trop pleins qui ne desservent plus certains arrêts faute de place, d’une amplitude horaire insuffisante par rapport à des horaires de travail à peine « décalés », de la capacité trop faible en stationnement vélo sécurisé dans les gares, et des discontinuités du réseau cyclable…

Les nombreux aménagements routiers réalisés depuis 30 ans dans la région grenobloise (A49 Grenoble-Valence, A51 Grenoble-col du Fau, élargissement de l’A48, construction de plusieurs échangeurs et déviations...) n’ont pas permis de résoudre les problèmes des bouchons existant déjà il y a trente ans ; ils ont au contraire contribué à aggraver la saturation de la cluse de Voreppe, de l’A480 et de la rocade Sud, confirmant une fois de plus que toute nouvelle infrastructure routière génère de nouveaux déplacements automobiles. En demandant, dans le flyer « Stop bouchons », la mise à 3 voies de l’intégralité de l’A480 et de la Rocade Sud, l’aménagement urgent de l’échangeur du Rondeau, et la construction d’un contournement Nord, sans mentionner aucune infrastructure autre que routière, vous ne feriez qu’encourager une politique de développement d’infrastructures routières qui a démontré son incapacité à résoudre durablement les problèmes de déplacements. Toutes les expériences de multiplication des voies routières ont jusqu’à présent abouti à une augmentation du trafic voitures, en ne soulageant la congestion que pendant une période transitoire très courte par rapport à l’ampleur des investissements consentis.

Au contraire, les investissements réalisés ces 30 dernières années en faveur des transports en commun et des déplacements à vélo dans l’agglomération ont induit un report modal significatif de l’automobile vers les autres modes, produisant ainsi une amélioration de la qualité de vie des habitants, et offrant une alternative durable à la congestion automobile. La part modale de l’automobile commence à baisser dans la plupart des grandes agglomérations françaises, dont Grenoble : cette dynamique doit être résolument encouragée.

Lors des ateliers économiques du PDU, où les représentants du monde économique étaient invités à participer, il a été rappelé qu’une réduction du trafic pendulaire de 10% suffirait pour résorber l’essentiel des bouchons sur les grandes voiries d’accès à l’agglomération et sur la rocade Sud. Cet objectif peut être atteint en concentrant les moyens disponibles en faveur des transports en commun, du covoiturage, du vélo, de la marche, du télétravail, et en portant une attention particulière aux déplacements entre l’agglomération et le périurbain.

En outre, les transports alternatifs sont créateurs d’emplois : les économistes estiment que l’investissement dans les transports en commun ou les services vélo génère 2 fois plus d’emplois durables que la même somme dépensée dans un aménagement routier.

Nous soulignons également que la demande de transports en commun ou autres alternatives croît depuis plusieurs années, et, inversement, pour la première fois en 2011, le kilométrage total parcouru en voiture a commencé à diminuer en France, à cause de la hausse du coût des carburants. Cette tendance ne peut que se poursuivre et s’amplifier dans les années à venir.

L’ADTC vous invite donc à :
- participer activement à l’élaboration du PDU 2014-2030 de l’agglomération grenobloise afin que les investissements prévus (TC, modes doux) concernent en priorité les zones d’activités économiques
- lancer une grande campagne auprès de toutes les entreprises que vous représentez, afin que les PDE deviennent un outil majeur dans la gestion des déplacements

A ce jour, les entreprises qui ont mis en place des plans de déplacements d’entreprises (PDE) dynamiques ont montré qu’on peut tout-à-fait atteindre ou dépasser 15% de report modal. Les résultats publiés par la CCI dans l’ « Observatoire des PDE » sont de ce point de vue très encourageants. Toutefois, dans de nombreuses autres entreprises, nous constatons une utilisation très timide de cet « outil PDE ». Enfin, une proportion importante de petites et moyennes entreprises situées dans des zones d’activités sont pour l’instant exclues de fait de ce dispositif PDE-PDIE. L’ADTC serait prête à vous rencontrer pour examiner avec vous comment nous pourrions aider ces entreprises à s’inscrire dans la dynamique des PDE. Si cette démarche induisait 10 à 15% de report modal parmi les pendulaires concernés, ce serait une solution très compétitive aux problèmes de congestion automobile.

En attendant cette rencontre, l’ADTC a le plaisir de vous offrir, à vous et aux autres signataires de l’appel « Stop bouchons », qui avez présenté hier à la presse le Grand Bouchon de la CCI, le lot de tire-bouchons joints, pour symboliser le fait que de multiples alternatives à la congestion automobile existent, et qu’elles seront, ensemble, plus efficaces que la multiplication des grandes voiries embouteillées.

Pour illustrer plus concrètement cette proposition, veuillez aussi trouver ci-joint le dépliant « Tirez-vous des bouchons » dans lequel l’ADTC indique aux automobilistes comment ils pourraient, chacun à son échelle, contribuer à faire sauter les bouchons d’entrée d’agglomération, en utilisant davantage les alternatives déjà opérationnelles. Ces dépliants pourront être complétés par des « fiches d’accès » ciblées sur certains sites ou zones d’activité : l’ADTC est naturellement prête à collaborer avec la CCI sur ce sujet.

Dans l’espoir d’un accueil favorable de votre part, je vous prie de recevoir, Monsieur le Président, les tire-bouchons de l’ADTC, et l’expression de nos salutations respectueuses.

Monique Giroud, présidente de l’ADTC.

Destinataires :

  • CCI Grenoble
  • UNIRV
  • Udimec Polytec
  • Medef Isère
  • Fédération du BTP de l’Isère
  • GIPSE Groupement des Industries Papetières Sud-Est Grenoble
  • FNAIM Isère
  • UIC Union des Industries Chimiques
  • CNPA Conseil National des Professions de l’Automobile Isère
  • FBF Fédération Bancaire Française Isère
  • CGPME Isère
  • Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Isère
  • FNTV Rhône-Alpes
  • UMIH Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie
  • Automobile Club Dauphinois

15 juin 2012

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0