Projet

L’ADTC milite pour :

  • une vie urbaine plus conviviale
  • une région grenobloise moins polluée
  • le droit aux transports pour tous
  • une saine gestion des dépenses publiques
  • une urbanisation maîtrisée

l’ADTC soutient qu’il faut :

  • modérer la circulation , c’est-à-dire modérer l’usage de la voiture et sa vitesse :
    • en gelant les projets routiers et autoroutiers
    • en créant des parcs relais voitures/transports publics pour ceux qui viennent de la périphérie
    • en dissuadant le transit par le centre-ville
  • développer les modes de déplacement alternatifs à la voiture : transports publics urbains et interurbains, vélo et marche à pied
    • en complétant le réseau de tram et le réseau cyclable
    • en incitant les Grenoblois à s’abonner (TAG, TOUGO, bus du Pays Voironnais, Cars Région Isère, TER, M-Vélo+) et en simplifiant la billétique
    • en diminuant les temps de parcours des transport en commun (TC) : prise en compte des TC aux feux, création de couloirs bus, remplacement de bus par des trolleybus
    • en créant des stationnement vélos sécurisés dans les gares et les principales stations de TC
  • partager la rue autrement en donnant plus de place à ces modes de déplacement
    • en multipliant les zones 30 dans toute la ville
    • en créant des couloirs bus et des voies cyclables sur les artères plus fréquentées
    • en luttant contre le stationnement sauvage
  • conduire une politique d’urbanisme cohérente avec celle des déplacements

Le rôle de l’ADTC

  • faire connaître les attentes et l’avis des usagers
  • faire partager nos conseils pratiques aux autres usagers
  • être une force de proposition, et convaincre les décideurs d’agir dans le sens des objectifs décrits ci-dessus
  • participer à la sensibilisation du public

 

Historique

1974 – Les premiers jalons

Création de l’ADTC (Association pour le Développement des Transports en Commun), qui a pour ambition de défendre le tramway moderne comme seul moyen efficace pour résoudre le problème des déplacements dans l’agglomération. L’association établit des rapports critiques face aux autres projets de modes collectifs et communique notamment sur les inconvénients du projet de téléphérique Poma 2000.

L’ADTC est la première association française à préconiser ce qu’on appellerait aujourd’hui une politique intermodale et durable des transports. En convoquant, dès novembre 1975, la première Convention Nationale des Usagers des Transports, l’ADTC est à l’origine de la création de la FNAUT (Fédération Nationale des Usagers des Transports) en 1978.

Dès 1978, l’ADTC publie ADTC-infos : un bulletin qui donne des informations sur l’actualité et permet de faire connaître à nos adhérent·es et au public nos prises de position et notre contribution au début public autour de la mobilité dans l’agglomération Grenobloise. Ce bulletin, ADTC INFOS, est disponible par abonnement et sur notre site internet

Dès 1994, l’ADTC embauche son premier salarié.

 

2024 : 50 ans d’actions

Devenue ADTC-se déplacer autrement  (Association pour le développement des transports en communs, voies cyclables et piétonnes dans la région grenobloise), l’association milite pour promouvoir le développement et obtenir de meilleures facilités de déplacement pour les piéton·es, cyclistes, cyclomotoristes, usager·es des transports publics et personnes à mobilité réduite (voir projet associatif 2023-2026 en page 6).

Aujourd’hui, les actions de l’ADTC sont portées :

  • par une soixantaine de membres actifs et actives, qui travaillent au sein de commissions thématiques et de sections locales.
  • Par une équipe de 4 salarié.es, qui travaillent essentiellement autour de la pratique du vélo.
  • L’ADTC regroupe plus de 500 adhérent.es.

Ses principaux partenaires institutionnels sont :
Le SMMAG – Grenoble Alpes Métropole – le Ville de Grenoble et des communes alentours – le Département de l’Isère – La région Rhône Alpes- Université Grenoble Alpes

 

L’ADTC est adhérente à plusieurs fédérations :
La FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) – la FNAUT (Fédération des Usagers des transports) – AF3V (Association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes) – Rue de l’Avenir – FNE (France Nature Environnement)

 

Les actions de l’ADTC actions portent depuis 1974 autour de 2 grands axes :

 Un axe « plaidoyer » :  travail avec les pouvoirs publics, concertation et interpellation
par voie de communiqués de presse, actions militantes, contributions au PDU…

 

Politique cyclable et faits relatifs au vélo

Par exemples :

Mai 1975 : Publication par l’ADTC, d’une brochure visionnaire : “Le vélo véhicule d’avenir“, premier document en français sur les aménagements cyclistes. Parkings à vélos, carrefours sécurisés, bandes et pistes, passerelles pour franchir les obstacles et les coupures urbaines telles que les autoroutes et les voies rapides, itinéraires de promenade. Le rapport préconise également l’abaissement de la vitesse en ville à 50 km/h. La seule piste cyclable existante à l’époque relie Grenoble à Saint-Égrève, sur une ancienne emprise de ligne de tramway.

1976 : La Fête du vélo est un succès, avec 6000 participants. Cinq éditions sont organisées entre 1974 (à laquelle le maire Henri Dubedout participa) et 1979. Elles sont organisées par l’ADTC, avec le soutien de la FRAPNA 38 (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature).

1990 Publication par l’ADTC du premier plan des aménagements cyclables de la ville ainsi que d’une nouvelle version de la brochure “Le vélo véhicule d’avenir”

1996 : l’ADTC adhère à la FUB.

Avril 2015 Publication par l’ADTC, quatre mois après cette délibération-cadre, d’un plan d’action pour massifier l’usage du vélo dans la métropole grenobloise « Grenoble métropole cyclable ». L’objet de l’association est de voir la part modale du vélo dans l’agglomération atteindre 20% à l’horizon 2020, ce qui représenterait selon ses calculs 4 millions d’euros par an d’investissement et 24 millions sur la durée de la mandature jusqu’en 2020.

Depuis le début des années 2000, l’ADTC plaide pour la multiplication des double-sens cyclables. En 2009, la Ville de Grenoble généralise les double-sens cyclables dans tout le centre-ville étendu.

En 2008 et cette année, en 2024, l’ADTC s’est fortement investie pour que le Congrès de la FUB se déroule à Grenoble.

 

Politique transports en commun

Par exemples :

Dès 1974, l’ADTC milite pour la création du tramway à Grenoble. En 1987, la première ligne de tram était mise en service.

Depuis sa création, l’ADTC demande une simplification de la politique tarifaire. En 1997, les premiers billets VFD/TER-SNCF (devenus Transisère/TER-SNCF) voient le jour. Et en 2007, la carte OùRA intègre le TER Rhône-Alpes et les transports urbains… à Lyon et Saint-Etienne.

En 1979, l’ADTC lance l’idée d’un RER grenoblois ; il sera mis en service en 1989 entre Rives et Grenoble, puis en 1996 vers Pontcharra.
En 2024, l’ADTC reste favorable au projet de RER Grenoblois porté par les collectivités locales. Mais en attendant les coûteux travaux d’infrastructure envisagés, elle milite pour un développement dès maintenant des services TER avec une augmentation de la capacité des trains, un développement des fréquences toute la journée et en soirée, et la mise en place d’une communauté tarifaire regroupant TER, Cars Région, bus et tramways sur l’ensemble du territoire du SMMAG.

Octobre 1988 :  Inauguration du bâtiment voyageurs rénové de la gare de Grenoble-Université-Gières (nom actuel). Cette gare, devenu pôle multimodal avec l’ouverture de la ligne B du tramway, devait fermer à la fin des années 1970 mais fut sauvée par l’action de l’ADTC et se développe fortement par la suite.

En 1997, l’ADTC promeut l’idée du train-tramway, comme élément clé d’une politique alternative au tout voiture. Le premier tram-train français voit le jour 11 ans plus tard… à Mulhouse.

2016 : L’ADTC, après bien des débats internes, s’est prononcée en faveur du projet de ligne Lyon-Turin. Cette ligne, qui pourra accueillir le fret comme les voyageurs, permettra d’améliorer les déplacements entre Lyon et Grenoble, avec la réduction du temps de parcours, actuellement pas assez attractif, l’amélioration de la régularité et la possibilité de développer un RER pour le Nord-Isère.
A ce jour, la ligne en cours de construction en Allemagne. Au cœur du chantier, ce sont sept tunneliers qui entreront en action au même moment sous les Alpes. Objectif : un tunnel terminé en 2032.

L’épineuse question de la gratuité des transports : L’ADTC s’est toujours opposée à la gratuité totale des transports publics, dont l’offre doit être développée pour offrir une alternative à la voiture. La gratuité, en réduisant les crédits disponibles, serait un handicap pour le transport public alors que le report modal doit être une priorité.

Aménagements majeurs / voirie

 Par exemples :

En 1992, l’ADTC organise un colloque sur les Zones 30. 5 ans après, une première Zone 30 voit le jour dans l’agglomération.

 Depuis 2000, l’ADTC se bat contre le projet de Rocade Nord, vieux projet de voirie routière, ressorti des cartons à l’occasion du PDU (Plan de Déplacements Urbains) dans ses 3 versions successives. En 2010, la Commission d’enquête rend un avis défavorable à ce que le projet soit déclaré d’utilité publique.

En 2023, l’ADTC milite contre le projet Métrocâble de la presqu’île de Grenoble (entre Fontaine et Saint Martin le Vinoux) pour les raisons suivantes : les perspectives de fréquentation sont très réduites au regard de l’investissement et la restructuration du réseau bus associée au projet aurait des impacts négatifs importants pour les usagers actuels des transports en commun.

L’ADTC promeut au contraire des propositions réalisables à court terme (retour à une fréquence plus élevée de la ligne de tramway C6 aux heures de pointes / transformation en ligne chrono d’une partie du réseau / Prolongement à Sassenage de la ligne 22) et des propositions réalisables à moyen terme (prolongement de la ligne A de tramway à Sassenage / réalisation de passerelles piétons)

 

Un axe « développement de la pratique du vélo
et actions de sensibilisation aux mobilités douces
à destination du plus grand nombre »

 Depuis 2004, l’ADTC relaie le démarrage de la Campagne de sensibilisation “Cyclistes brillez”, portée la FUB (FUBicy à l’époque).

 2004 – Création du Challenge Mobilités

L’ADTC propose dès 2004 un challenge « Au boulot, j’y vais à vélo » aux entreprises du territoire. Puis, un Challenge mutimodal en 2010.
A cette date, la Région Rhône-Alpes, très intéressée, a demandé à en reprendre l’organisation pour l’étendre à l’ensemble de la région. Le principe est de comptabiliser le nombre de kilomètres alternatifs, effectués autrement qu’en voiture individuelle, et de le rapporter au nombre de salarié·es présent·es.
L’ADTC a été le relais local de ce Challenge mobilité jusqu’en 2023.
En 2023, ce sont 416 établissements qui ont participé, soit 97 404 salarié·es sensibilsé·es et 31 923 participant·es.

2004 – Création du Concours des Ecoles à vélo
Afin de sensibiliser les élèves aux bienfaits de venir à vélo (gain de temps, indépendance, plaisir…), pour augmenter le niveau d’activité physique des enfants, pour rendre les rues plus calmes et sécurisées en diminuant la congestion automobile, pour améliorer la qualité de l’air et l’environnement, l’ADTC lance en 2004 le premier concours des Ecoles à vélos.
Son principe est simple : qu’un maximum d’élèves vienne à l’école à vélo le jour du Concours.
Ce concours, porté aujourd’hui par le SMMAG,  est toujours organisé par l’ADTC et a mobilisé, en 2023, 163 écoles sur les 3 territoires du SMMAG (Grésivaudan, de la Métropole et du Pays Voironnais).

 Depuis 2005, l’ADTC, en partenariat avec la Ville de Grenoble et Alpes-Grenoble-Métropole, anime des animations en milieu scolaire ; sur des thématiques environnementales, sur de l’impact des transports sur l’environnement ; de sensibilisation aux transports doux et de pratique du vélo.

En 2008, l’ADTC créé la première vélo-école du territoire, destinée notamment aux adultes éloignées de la pratique. En 2023, ce sont près de 250 personnes qui y ont appris à faire du vélo.

 LADTC mène des actions de sensibilisation à la sécurité à vélo, auprès du grand public, en milieu professionnel et dans les collèges : Formation Vélo et Sécurité ; Diaporama-Quizz « Vélo et sécurité routière »; Stand sensibilisation déplacements et sécurité à vélo ; Stand vélo-volé ; stand Prévention aux angles morts des poids lourds

Depuis 2013, certaines de ces actions, notamment celles dans les collèges, sont menées en partenariat avec le PDASR (Plan départemental d’actions de sécurité routière).

 Depuis 2020, l’ADTC, en partenariat avec Alternatiba-Grenoble et Parlons-Y Vélo, organise des Convergences vélo.
Manifestations à la fois festives et revendicatives pour faire prendre conscience à toutes et tous du très grand nombre de cyclistes du quotidien à Grenoble, la convergence vélo vise à sensibiliser le grand public et les médias à ce mode de déplacement, et montrer aux élu·es la nécessité de continuer à transformer nos villes afin d’accorder une meilleure place aux mobilités actives, les rendant plus agréables et plus sûres.
Ce sont depuis plus de 1000 cyclistes, qui se rejoignent chaque année dans plus 50 lieux de rdv de la région grenobloise, pour converger, après avoir parcouru de 5 à 40 km, à Grenoble pour une véloparade festive.

Depuis 2022, à l’initiative d’adhérentes de l’ADTC, la Fancy Women Bike Ride a lieu à Grenoble. La Fancy Women Bike Ride est un évènement cycliste féminin et indépendant qui a lieu une fois par an simultanément dans de nombreuses villes du monde depuis 2013.

L’ADTC propose également des rdv réguliers à destination du tout public : balades découvertes à vélo, véloparades lumineuses, cartoparties à vélos, des projections documentaires …

 

 

Vous souhaitez être informés ? Abonnez-vous à l'Infolettre mensuelle et aux actualités de l'association.

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Linkedin, Instagram